OASIS

OASIS

Assa est connue pour ses oasis qui forment des taches de couleur éclatantes dans les étendues caillouteuses de l’immense région saharienne. Les oasis ont développé une riche agriculture abritant des vergers et des jardins. L’ombre bienfaitrice des palmiers est une aubaine pour les arbres fruitiers (oliviers, grenadiers, amandiers, figuiers), les cultures maraichères (tomates, carottes, navets) et céréalières (avoine, blé, orge) qui poussent ainsi à l’abri du soleil. Les habitations de terre se regroupent à l’écart des zones cultivées.

Les oasis constituent des réserves écologiques et biologiques qui renforcent la consolidation des capacités des communes oasiennes, l’élaboration et la mise en œuvre des plans communaux de développement.

Des forums régionaux des oasis se tiennent en partenariat avec la Province d’Assa-Zag, le Conseil national des droits de l’Homme, les conseils élus, l’Agence pour la promotion socio-économique des provinces du Sud

L’objectif étant de promouvoir les zones oasiennes du sud marocain et de mettre en exergue les potentialités naturelles et touristiques dont regorge la région, ainsi que tous les produits du terroir.

C’était aussi une opportunité pour les agriculteurs et les professionnels de la province de valoriser les produits locaux et d’échanger les expertises dans le domaine agricole.

Les oasis forment des réserves écologiques et biologiques, qui sont renforcées par l'élaboration et la mise en œuvre des plans de développement communaux.

Assa-Zag : L’oasis, levier de développement local
Initié par le Centre des jeunes sahraouis pour la créativité en partenariat avec la province d’Assa, le Conseil national des droits de l’Homme, les conseils élus, l’Agence pour la promotion socio-économique des provinces du Sud, ce forum a constitué une occasion pour promouvoir les zones oasiennes du sud marocain et mettre en exergue les potentialités naturelles et touristiques dont regorge la région, ainsi que tous les produits du terroir. C’était aussi une opportunité pour les agriculteurs et les professionnels de la province de valoriser les produits locaux et d’échanger les expertises dans le domaine agricole.

Selon les organisateurs, l’objectif de cet événement est d’œuvrer pour garantir la pérennité de l’oasis en tant qu’héritage culturel et partie intégrante du patrimoine local, de mettre en valeur la diversité culturelle de l’oasis, et sensibiliser à l’importance de préserver l’environnement, de lutter contre la désertification et de promouvoir une culture de gestion et de rationalisation de l’exploitation des ressources hydriques dans la région.

Cette première édition a vu la projection de films documentaires sur les expériences internationales en matière d’agriculture familiale, des conférences et tables rondes, ainsi que des ateliers animés par des experts, responsables et spécialistes des questions oasiennes et de l’agriculture familiale au profit des agriculteurs et les professionnels de la province portant sur les moyens de valoriser les produits locaux. Plusieurs ouvrages thématiques y ont également été signés.

Selon les participants à ce forum, avec un capital humain et culturel très riche et une diversité paysagère et archéologique spécifique, les oasis constituent des réserves écologiques et biologiques à renforcer à travers la consolidation des capacités des communes oasiennes, l’élaboration et la mise en œuvre des plans communaux de développement, le renforcement des structures locales et l’accompagnement des populations oasiennes.

HAUT